Dépanneurs: ça suffit !

Cela fait plusieurs années que nous dénonçons les nuisances provoquées par les dépanneurs. Dans notre bulletin de mai 2012 nous écrivions «Il est urgent que nos au-torités resserrent la vis et règlent cette situation qui ne peut plus du-rer. Elle nuit à la santé, la sécurité et la tranquillité des habitants». Seize mois sont passés et la situation ne s’arrange pas. Pire, le nombre de dé-panneurs ne cesse d’augmenter. Une véritable épidémie.

Les dépanneurs sont la cause numéro un des nuisances dans notre quartier. Certes, ils ne sont pas les seuls, mais y contribuent grandement en vendant de l’alcool «trop bon-marché» toute la nuit au mépris des lois. Ils attirent noctambules, dealers et autres fêtards qui, fortement alcoolisés, se bagarrent, hurlent dans la rue. Et ce, jusqu’au petit matin.

Au lever du jour, le spectacle est affligeant. Les détritus jonchent les rues ; vitrines, voitures stationnées et façades d’immeuble sont souillées d’urine. En été l’odeur devient insupportable. C’est intolérable.

Comment nos autorités peuvent-elles laisser la situation se dégrader ainsi ? Beaucoup de promesses ont été faites, mais rien ne bouge. Autre question qu’on peut légitimement se poser : comment font tous ces dépanneurs pour vivre au vu de leur nombre au mètre carré ?

Certes, le quartier des Pâquis a tou-jours été festif et animé et il doit le rester. Mais depuis la venue des dépanneurs, c’est carrément devenu invivable.

Pour remédier à cette situation, il faudrait commencer par interdire la vente d’alcool aux dépanneurs ou adapter les horaires d’ouverture à ceux des cafés restaurants.

Dans tous les cas, il faut faire quelque chose… Et vite !