Un chalet aux Pâquis

Depuis fin juin, un chalet à été posé sur la petite place entre le Temple et l’école de la rue de Zurich. Dans un esprit de convivialité, le chalet est mis à disposition de tous les habitants et associations du quartier. Il est possible d’y créer de petites animations. (Anniversaires, fêtes entre voisins, goûters, pétanque).

Chaque habitant adulte et association à but non lucratif, politiquement et religieusement neutre peut solliciter la demande de la clé. Une caution de 100.- est demandée. Il est strictement interdit de faire du feu et de cuisiner à l’intérieur du chalet et sur l’espace publique. Les horaires sont de 11h à 20h.

 

Vespasienne à ciel ouvert ?

Le quartier des Pâquis est un lieu vivant où se côtoient habitants, touristes et fêtards. Situé entre la gare Cornavin et le lac Léman, il fait bon flâner dans ses rues.  Tout serait parfait si il ne manquait pas cruellement de lieux d’aisance. Au petit matin, surtout en été, ce qui frappe d’emblée, c’est une odeur d’urine qui nous agresse les narines. Rien n’est épargné, les voitures en stationnement, les façades des immeubles, les vitrines des commerces et les cours intérieures. Ceci, de nuit comme de jour.

Il n’est pas rare, qu’au détour d’une rue, on croise une personne en train d’uriner, tranquillement, sans se préoccuper des passants. J’ai même aperçu, une après-midi vers 16h, un homme se soulager la vessie contre le mur de l’école de Pâquis-Centre alors que des enfants jouaient dans ce même préau.

Comment résoudre ce problème? A priori en installant des toilettes, en nombre suffisant, dans les endroits stratégiques du quartier. Cela paraît évident, mais pas si simple. D’un côté, l’opposition des habitants qui ne veulent pas de « ça » près de chez eux et d’autre part, les autorités qui craignent les actes de vandalisme et les problèmes d’entretien.

A première vue, pas de solution. Et si ont faisait simple? par exemple, l’installation de vespasiennes, peu coûteuses à l’installation et faciles d’entretien. Qu’en pensez-vous?